Les Conventions fondamentales de l’OIT

Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son suivi (1998) :

Selon les termes de la Déclaration adoptée en 1998 :

« La Conférence Internationale du Travail […] 2. Déclare que l’ensemble des Membres, même lorsqu’ils n’ont pas ratifié les conventions en question, ont l’obligation, du seul fait de leur appartenance à l’Organisation, de respecter, promouvoir et réaliser, de bonne foi et conformément à la Constitution, les principes concernant les droits fondamentaux qui sont l’objet desdites conventions, à savoir :

 

(a) la liberté d’association et la reconnaissance effective du droit de négociation collective

(b) l’élimination de toute forme de travail forcé ou obligatoire

(c) l’abolition effective du travail des enfants

(d) l’élimination de la discrimination en matière d’emploi et de profession. »

Conférence Internationale du Travail, « Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son suivi ». Bureau International du Travail, Genève, 1998

 

Conventions visées par la Déclaration :

Les huit conventions fondamentales reliées à la Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son suivi sont les suivantes :

 

  • Convention sur le travail forcé (C29, 1930) Voir le taux de ratification
  • Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical (C87, 1948)
  • Convention sur le droit d’organisation et de négociation collective (C98, 1949)
  • Convention sur l’égalité de rémunération (C100, 1951)
  • Convention sur l’abolition du travail forcé (C105, 1957)
  • Convention concernant la discrimination (emploi et profession) (C111, 1958)
  • Convention sur l’âge minimum (C138, 1973)
  • Convention sur les pires formes de travail des enfants (C182, 1999)